Faire le plein d'Histoire

Petite-Bourgogne

Dans les recoins de la Petite-Bourgogne, les traces d’une histoire captivante sont encore bien présentes.

Mark Twain aurait été le premier, en 1891, à qualifier Montréal de ville aux cent clochers en raison du grand nombre d’églises. La Petite-Bourgogne en possède d’ailleurs quelques-unes des plus célèbres :  

  • L’Église Sainte-Cunégonde : construite sur quatre étages en 1906 et située au 2461 rue St-Jacques, demande qu’on s’y attarde pour admirer son style architectural Beaux-Arts. Grandiose et majestueuse, elle fut restaurée selon les plans de l’architecture Claude Beaulieux en 1984. Découvrez sa localisation.
  • L’Église St-Irénée : érigée en 1912 selon les plans des architectes Albert Mesnard et Charles Bernier au croisement de la rue Delisle et de l’avenue Atwater.  Mention spéciale à son style architectural néo-classique, à sa façade en trois sections et aux splendides peintures signées Charles Édouard Chabauty qui habillent ses murs intérieurs, autour de l’autel. Moins imposante en taille que plusieurs de ses consoeurs montréalaises malgré ses quatre étages, cette église n’en vaut pas moins le détour.

En haut et en bas à droite : L’Église Sainte-Cunégonde
En bas à gauche : L’Église St-Irénée

À la station Lionel-Groulx l’histoire vous interpelle grâce à deux œuvres datées de 1978. Murales par Yves Roy est une œuvre en acier inoxydable poli réfléchissant l’image des voyageurs en mouvement.

L’arbre de vie de Joseph Rifesser est, quant à elle, une sculpture en bois qui représente «les cinq grandes familles humaines issues d’une même souche et qui peuplent la Terre». La sculpture était initialement située à l’entrée du pavillon de l’Organisation des Nations Unies durant l’Expo 67.

Le quartier fût dédié à l’activité industrielle rendue possible par la présence d’une importante population ouvrière noire et anglophone qui a durement souffert de la fermeture du canal Lachine au début des années 70. Plus de 20 000 emplois ont alors été détruits, modifiant ainsi le paysage communautaire pour lui donner un visage beaucoup plus sombre : maisons placardées, usines abandonnées et haut taux de criminalité. Dans le début des années 80, les projets de développement immobiliers contribuent à redorer l’image du territoire. Un changement remarquable s’opère alors. Devenant ainsi un lieu d’habitation moderne et vibrant, le quartier a toutefois conservé une dimension multiculturelle. Une solide communauté issue d’origines diverses, et essentiellement bilingue, y demeure encore à ce jour.

Finalement, écartez-vous des grandes artères et aventurez-vous sur les rues Delisle, Dominion, Workman et Vinet. Plusieurs bâtisses historiques, telles que la Bibliothèque George-Vanier construite en 1904, sauront attirer votre regard.

Petite-Bourgogne

Plus de

Choses à faire

Admirer l'art

Dans la Petite-Bourgogne l’art ne s’expose pas seulement au sein des galeries et musées. Les m [...]

en savoir plus

Faire le plein d'Histoire

Mark Twain aurait été le premier, en 1891, à qualifier Montréal de ville aux cent clochers en [...]

en savoir plus

Faire une balade colorée : rue Coursol

L’un des multiples avantages du quartier de la Petite-Bourgogne est qu’il s’explore très facil [...]

en savoir plus
retour